Etant donné les crises financières récentes que connaît l’économie mondiale, moins de personnes peuvent se permettre un prêt bancaire classique ou n’en voient tout simplement pas l’utilité.

Si c’est le cas pour vous aussi, vous devriez essayer le Crowdlending qui se présente comme une alternative financière en plein essor à même de vous intéresser. Ce concept profite d’un engouement grandissant depuis son apparition en 2008, et ce, tient en majeure partie au développement des nouvelles technologies du web et la popularité des réseaux sociaux.

Alors, sans plus tarder, plongeons nous dans le vif du sujet pour mieux comprendre le Crowfunding de manière générale et tout savoir avant de se lancer sur le Crowdlending en particulier.

Qu’est-ce que le prêt entre particuliers ?

Il consiste en un prêt d’argent entre deux personnes physiques, sans aucun recours au système bancaire. Cette forme d’emprunt est bien sûr vieille comme le monde parce qu’il rétablit une relation directe entre l’emprunteur et le prêteur.

Mais il doit son essor récent bien évidemment à la diffusion d’internet et l’apparition de nouvelles plateformes spécialisées dans le prêt entre particuliers, dit financement « participatif » ou « de masse » ou encore communément appelé le Crowdlending.

Le concept du Crowdlending (prêts entre particuliers)

C’est une forme de financement participatif, littéralement « le financement par la foule ». Il porte bien son nom d’ailleurs puisqu’il s’agit d’un porteur de projet soumettant sa demande de financement à un large public via une plateforme spécialisée. En échange de ce financement, les prêteurs seront remboursés et rémunérés aux versements d’intérêts.

Il peut, par ailleurs, consister en un financement complémentaire à celui d’une banque. L’une des différences majeures avec un prêt bancaire, c’est que le prêt participatif se fait généralement sans demande de caution ni de garantie auprès du dirigeant.

Les plateformes du Crowdlending (prêts entre particuliers) réalisent une analyse des bilans comptables au préalable de la présentation du projet au large public. Une fois retenu, la plateforme définira avec l’emprunteur les modalités du crédit (montant, durée, taux d’intérêt, type de prêt… etc.).

Le Crowdfunding pour les start-ups

On parle là d’un outil de financement alternatif qui ne passe pas par les circuits traditionnels, bancaires notamment, mais fait appel à des ressources financières auprès des internautes afin de financer un projet, où il prend la forme de dons, de prêts rémunérés ou de participations dans l’entreprise.

Le Crowdfunding s’adresse à tous (entreprises, particuliers, associations, collectivités… etc.). Cependant, il est souvent sollicité par les PME et TPE, notamment les créateurs et repreneurs d’entreprises qui peuvent rencontrer des difficultés à mobiliser les fonds nécessaires à la mise en œuvre de leur projet via les modes de financements traditionnels.

Le Crowdlending pour particuliers

Egalement appelé P2Pou peer-to-peerlending, cette variante du Crowdfunding met en contact prêteurs et emprunteurs particuliers dans un contexte où les deux parties cherchent à s’affranchir du système bancaire (solliciter un crédit, investir, épargner).

En effet, les prêteurs peuvent trouver un intérêt majeur en investissant leur argent afin de bénéficier d’une rémunération plus avantageuse qu’une épargne classique. Par ailleurs, les emprunteurs peuvent y trouver une solution facile et accessible pour obtenir un crédit que les banques ne leur accorderaient que difficilement.

Pour être plus précis, cette solution profite aux emprunteurs dans la mesure où elle facilite l’obtention de crédit sans tenir compte des habituelles contraintes et des lourdes procédures imposées par les banques.

En effet, si les établissements bancaires privilégient les meilleurs profils pour l’octroi d’un crédit, le P2P se conclut entre particuliers via une plateforme qui fait office d’intermédiaire. Concernant les prêteurs, l’opération leur permet d’assurer un rendement brut garanti de 5% sur l’épargne. Ce qui est un taux largement supérieur et moins risqué que ceux proposés par d’autres types de placements tel que la bourse.

A noter que le peer-to-peerest apparu aux Etats-Unis en 2006 après une énième crise économique qui secoué le monde.

Les différents types de Crowdfunding

prêts entre particuliers : les différents types de Crowdfunding

Revenons aux bases, le Crowdlending est tout simplement une variante du Crowdfunding dont on est habitué à entendre parler. Ce dernier, vous l’aurez compris, est le terme générique qui regroupe plusieurs branches dont le Crowdinvestinget le Crowdlending.

Le financement avec prise de participation (Crowdinvesting)

Ce type de crowdfunding met en relation des entreprises et des investisseurs par le biais d’une plateforme. Les entreprises sont souvent des start-ups à la recherche de capitaux pour mettre en œuvre leur concept.

Les investisseurs peuvent être des donateurs privés ou des investisseurs institutionnels et reçoivent une participation aux résultats de l’entreprise en contrepartie. La tendance est à la professionnalisation de ce type de crowdfunding. Cette catégorie couvre également le real estatecrowdfunding, où les investisseurs deviennent copropriétaires d’un bien immobilier.

Le prêt participatif (Crowdlending)

Le crowdlending (prêts entre particuliers) consiste à accorder un prêt à une entreprise ou à un particulier. On parle aussi de peer-to-peer-credit, qui renvoie à l’octroi de crédit sans qu’une banque soit impliquée.

Les créditeurs s’attendent à recevoir un rendement proportionnel au risque encouru en contrepartie. Le crowdlending permet de financer les projets les plus divers, de la voiture familiale aux préparatifs de mariage en passant par des crédits pour des PME ou une hypothèque de deuxième rang.

Les étapes à suivre pour diversifier son épargne via le Crowdlending

Prêts entre particuliers : Les étapes à suivre pour diversifier son épargne via le Crowdlending

L’une des principales des principales richesses de ce type d’investissement sont les possibilités de diversification importantes à l’instar de la diversification de projets, de plateformes, de pays, de secteurs d’activité, de support et de durée d’investissement.

Pour savoir comment ça fonctionne, nous avons répertorié pour vous les étapes à suivre afin de vous lancer dans le financement participatif.

Inscription

Vous devez tout d’abord vous inscrire et renseigner votre profil investisseur. Il s’agit généralement de votre identité, votre situation patrimoniale ainsi que votre expérience en tant qu’investisseur.

Ces formalités ont beau être ennuyeuses, elles sont toutefois réglementairement obligatoires. L’inscription vous permettra d’avoir accès à davantage d’informations sur les projets en cours.

Ouverture de compte

Une fois votre inscription validée, vous pouvez ouvrir un compte Investisseur sur la plateforme. Il vous faudra procéder à un premier versement de 1 000 € minimum, les investissements ultérieurs sont de montant libre.

Le passage d’ordre

Dans un troisième temps, vous procéderez à vos choix d’investissement dans ou plusieurs fonds à la fois (Dynamique, Conservateur long, Conservateur court, Equilibré long, Equilibré court). Le choix d’un ou des catégories soutenues dépendra de votre aversion au risque et de votre horizon d’investissement.
Votre ordre passé, il sera procédé alors à son exécution sous quelques jours selon un principe progressif de traitement des dossiers.

Le remboursement

Dans le cadre du prêt entre particuliers, vous investissez dans un ou plusieurs fonds qui n’ont pas d’horizon défini. Cela signifie que c’est le fonds qui percevra les mensualités de remboursement et non l’épargnant. Le gain de l’épargnant sera reflété dans la valeur de la part du fonds qui augmentera en fur et à mesure qu’il encaissera des intérêts.

Les liquidités récupérées par le fonds, si aucune demande de rachat n’est faite, seront alors prêtées à d’autres emprunteurs. Le principal avantage de ce fonctionnement est qu’il vous est possible de demander le rachat de vos parts du fonds lorsque cela vous arrange.

Si les demandes de rachat excédent les nouvelles souscriptions et les remboursements perçus par le fonds ne sont pas suffisants, le fonds ne sera pas en capacité de rembourser intégralement les prêteurs immédiatement. Les prêteurs seront alors remboursés au rythme des remboursements perçus par les fonds.

Quel est le taux de rendement espéré d’un prêt entre particuliers

Quel est le taux de rendement espéré d’un prêt entre particuliers

Chaque plateforme propose des taux d’investissement qui lui sont propres sur la base de critères décisifs pour l’investisseur qui peut souhaiter privilégier un placement plus ou moins à long terme.

On dit souvent que les placements les plus rémunérateurs sont les plus long. Ce n’est pas forcément vrai dans le CrowdLending (prêts entre particuliers). Dans l’immobilier par exemple on trouve des placements très rémunérateurs sur de courtes durées.

Il existe, cependant, des indices à prendre comme repères notamment le taux moyen brut et la durée d’investissement moyenne. Vous comprendrez que le facteur durée est très important car c’est la durée moyenne pendant laquelle vos investissements seront bloqués sans possibilité de revente.

La fiscalité appliquée aux revenus générés par le Crowdlending

Les intérêts que vous recevez en fin de contrat en chaque mois (prêts amortissables) sont imposés selon barème des produits de placement à revenu fixe type Obligation ou Livret Bancaire. Le prélèvement est donc réalisé par la plateforme en amont qui ne vous reverse que les montants net de prélèvement.

Ce dernier est composé d’un acompte sur votre impôt sur le revenu (12,8%) et les prélèvements sociaux (17,2%).
Vous êtes toutefois éligible à la dispense de prélèvement de l’acompte d’impôt sur le revenu si le revenu fiscal de référence de votre foyer fiscal de l’année précédente est :

  • inférieur à 25 000€ si vous êtes célibataire, divorcé ou veuf
  • inférieur à 50 000€ si vous êtes soumis à une imposition commune

Dans cette situation, la plateforme vous versera vos intérêts après une retenue à la source constituée uniquement des prélèvements sociaux (soit 17,2 % des intérêts). En cas de défaut de l’emprunteur, il vous sera possible de déduire les pertes en capital. Vous pouvez déduire une perte en capital dès qu’un certificat d’irrécouvrabilité vous est transmis.

Prêts entre particuliers : avantages pour l’investisseur

prêts entre particuliers : Avantages pour l’investisseur

Le Crowdlending (prêts entre particuliers) est une alternative attractive pour faire fructifier son épargne. Il permet de mettre en relation prêteurs et porteurs de projet sans passer par un intermédiaire financier. En voici quelques potentialités à exploiter pour les investisseurs.

Accès à un nouveau genre d’investisseur

Le prêt participatif permet de financer des entreprises à la recherche d’un mode de financement alternatif qui remplace ou complète souvent un financement bancaire.

Concrètement, il permet d’obtenir rapidement des fonds (certaines collectes peuvent être bouclées en quelques heures), ceci étant dû à l’étude rapide des dossiers avant d’être présentés sur la plateforme.

En d’autres termes, il accorde une bonne visibilité sur le financement et un pouvoir de mobiliser une communauté autour du projet entrepris.

Encourager l’innovation

Le peer-to-peer s’avère une excellente opportunité pour placer son argent dans des projets innovants et ambitieux, ou locaux dans certains cas. Par ailleurs, financer des PME, c’est participer à la genèse d’une belle aventure, être témoin de son développement et participer à la création d’éventuels emplois. Grosso modo, ça revient à financer l’économie réelle.

Le Crowdlending accorde aux prêteurs l’avantage d’investir leur épargne dans des projets qu’ils choisissent en toute traçabilité en sachant précisément à quelles fins sera utilisé leur argent.

Rémunération attractive

On parle là d’un retour sur investissement plus intéressant grâce à des rendements exceptionnels et aux taux d’intérêt proposés allant jusqu’à 15%, ce qui se révèle très attractif comparé aux taux d’intérêt classiques d’un livret foncier tournant seulement autour de 1% et donc un excellent moyen de gagner de l’argent. Bien sûr, il faut savoir que des taux élevés s’accompagnent de risques plus élevés.

Un grand nombre de projets réunis

Le P2P est utilisé dans de nombreux secteurs : l’immobilier, les énergies renouvelables… etc. Il est, d’ailleurs fortement recommandé de diversifier ses placements puisqu’il est possible et facile de financer plusieurs projets réunis par les plateformes offrant un large éventail de choix à disposition de l’investisseur en ayant en plus certaines d’entre-elles spécialisées dans un domaine particulier.

Participer avec de petits montants

Les internautes peuvent décider de prêter la somme d’argent qu’ils désirent à des PME qu’ils choisissent aussi à hauteur de 20 à 1000 euros par prêteur et par projet et ne trouvent pas de difficultés à garder le contrôle de leurs prêts : ils ont la possibilité de réinvestir les intérêts et le capital amorti ou de les retirer grâce notamment à des plateformes claires et transparentes.

Aujourd’hui avec les appels de fonds qui se font à travers internet, il est possible d’atteindre un plus grand nombre d’individus, une petite contribution de la part de chacun d’eux peut donc nous amener à récolter de grandes quantités d’argent.

Prêts entre particuliers : risques pour l’investisseur

Risques pour l’investisseur

Le Crowdlending présente d’innombrables avantages. Cependant, il est tout aussi risqué que fructueux d’investir dans le financement participatif pour plusieurs raisons.

Cyber-sécurité

Le crowdlending prenant place sur internet, il est exposé à des risques supplémentaires aux risques classiques de tout investissement. Tout d’abord, il y a le risque lié au fonctionnement de la plateforme et des cyberattaques.

Les plateformes étant dépendantes d’internet elles ne sont pas à l’abri d’une cyberattaque, les données personnelles (adresses, téléphones, compte bancaire) présentes dans la base de données de la plateforme sont sensibles à un piratage.

Fraude

Le risque de fraude comprend toutes les situations ou l’argent apporté par les internautes n’est pas utilisé par l’emprunteur selon la promesse faite. Il est possible que des projets présentés ne soient en réalité jamais voués à voir le jour, le porteur du projet va l’utiliser afin de servir d’autre intérêt tel que le blanchiment d’argent ou la manipulation d’informations privées.

La plateforme ayant souvent uniquement un rôle d’intermédiaire elle ne se porte pas garante en cas de fraude, il est donc important d’immédiatement signaler à la plateforme lorsqu’un projet paraît suspicieux. Bien que le projet soit lancé via une plateforme réputée, les investisseurs ne sont jamais à l’abri d’une fraude.

Rentabilité des plateformes

Ce risque est toujours présent et consiste à ce que la plateforme ne parvienne pas à générer suffisamment de revenus pour continuer son activité de manière rentable. A ce sujet, il semblerait que pour assurer la pérennité d’une plateforme celle-ci doit générer entre 100 et 120 millions de prêts par année.

Les plateformes sont sujettes à divers coûts (entretien de la plateforme, masse salariale, marketing). Les frais marketings sont très importants, car la plateforme doit investir pour attirer emprunteurs et prêteurs.

Conséquences en cas de faillite d’une plateforme

Si la plateforme arrête ses activités, les remboursements auront lieu, mais il n’y a plus de réinvestissement possible. L’argent quant à lui, est géré par l’établissement de paiement partenaire et il est garanti par un compte de cantonnement, séparé du compte bancaire de la plateforme et empêchant ainsi la disparition des fonds investis.

La loi oblige, toutefois, la plateforme à rester ouverte jusqu’à la fin des transactions déjà entreprises. Il sera donc possible d’être remboursé en dépit d’une faillite de la plateforme à condition que l’emprunteur soit toujours solvable.

Le risque de défaut

Il s’agit là de l’un des risques classiques en dehors de ceux propres au système du Crowdlending. Il concerne précisément le cas où l’entreprise à laquelle on prête l’argent ne soit plus en mesure de rembourser mensuellement son emprunt par manque de liquidité.

Aujourd’hui, le processus de sélection de l’investissement susceptible d’être une réussite ou non s’effectue directement par les plateformes de Crowdlending. Chacune utilisant sa propre méthode avec des critères plus ou moins stricts.Cela permet de s’assurer de la pérennité et capacité à remboursement, car une entreprise qui est encore en phase de développement ne parvient pas à générer des soldes d’autofinancement réguliers.

Fiabilité du taux de défaut

Lié généralement à la politique des plateformes qui mettent plus en avant le volume de transactions au détriment de la qualité de service ; Ainsi, quelques plateformes spécialisées en P2P adoptent des taux d’emprunt de défaut élevés pouvant atteindre les 8%.

De plus la manière de calculer les taux de défaut peut sembler peu pertinente pour une plateforme en pleine expansion. Étant donné que le dénominateur du calcul se base sur le total du nombre de projets, une plateforme en pleine croissance va accepter un nombre croissant de dossiers, au fur et à mesure que ce chiffre augmente le taux de défaut va donc diminuer.

Notre avis sur le prêts entre particuliers

Notre avis sur le Crowdlending

Le Crowdlending est un phénomène récent qui a rapidement su attirer un grand nombre d’investisseurs. Socialement parlant, il draine les foules en permettant aux porteurs de projets en besoin de financement d’accéder à un nouveau genre d’investisseurs.

Un succès dû notamment à sa capacité à combiner entre les atouts du crédit bancaire et ceux du crowdfunding.

Ce concept a permis à des entreprises et particuliers exclus du système bancaire de réaliser un emprunt sans passer par les banques.

Avec des taux extrêmement attractifs pour les prêteurs, ceux-ci n’ont pas manqué et les emprunteurs présents sur les plateformes parviennent à récolter en quelques jours le montant nécessaire.

Par ailleurs, les plateformes affichent un taux de financement réussi proche de 100% pour la plupart. C’est-à-dire qu’une fois que nous avons passé les étapes de sélection de la plateforme nous sommes presque assurés de récolter la somme que nous désirons.

Le Crowdlending (prêts entre particuliers) a aussi ouvert de nouvelles opportunités en termes de moyen de financement, mais, au vu des faibles taux d’acceptation de dossier qu’affichent les plateformes, il est plus que probable qu’un emprunteur avec un dossier jugé non solvable ou trop risqué pour une banque ne parvienne pas non plus à trouver de financement auprès du financement participatif.

Pour les investisseurs, nous avons vu que le crowdlending (prêts entre particuliers) s’apparente comme un bon moyen de diversifier son épargne au vu de la conjoncture économique actuelle qui ne permet pas de retirer de réel bénéfices sur les dépôts bancaires. Les prêts entre particuliers se présentent alors comme une excellente opportunité pour les investisseurs souhaitant faire fructifier une partie de leur épargne.